Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Elodie Cingal/ 06.33.55.39.43

  • : psy-conseil-divorce
  • psy-conseil-divorce
  • : En tant que psychologue psychothérapeute (N° ADELI 75 93 4781 8), j’ai eu l’occasion de travailler sur différents problèmes et différentes pathologies. Capable de m’intéresser à beaucoup de domaines, j’ai voulu créer un petit blog qui parle de la psychologie en générale et des sujets qui me tiennent à cœur à un moment donné. Téléphone : 06 33 55 39 43
  • Contact
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 17:03

Récemment j’ai reçu un papa qui est venu consulter uniquement pour savoir comment réagir quand son fils lui raconte les dires erronés de sa maman le concernant. Le mensonge est une arme très couramment utilisée dans le contexte de séparation/divorce. C’est une forme de manipulation que les femmes autant que les hommes affectionnent. Afin de rendre simple la lecture de cet article, je vais partir de ce papa mais j’insiste pour que chacun prenne en compte le fait que cela n’est pas le fait des femmes uniquement.enfant-entre-parents.jpg

Mr A. se questionne beaucoup sur comment faire face aux mensonges que son ex compagne raconte à leur fils. Il est démuni. Il ne sait pas quoi lui dire quand celui-ci lui dit « papa, maman m’a dit que tu ne t’es jamais occupé de moi. Elle dit aussi que tu ne m’as jamais amené à l’école et que tu rentrais tard le soir…etc ». Mr A. est pris entre le marteau et l’enclume. Doit-il dire à son fils que sa maman raconte des bêtises et, par là même, disqualifier la maman. Ou au contraire, doit-il se taire et laisser son fils croire qu’il a été un père négligent et absent ?

Dans les deux cas, son fils est lésé et finira par penser que l’un des deux parents est moins compétent et moins fiable. Cela entrainerait, si la situation devenait récurrente, une absence de confiance en les deux  parents. L’enfant ne saura plus vers qui se tourner car il aura toujours un doute sur qui ment. C’est ainsi que naissent des difficultés chez les enfants telles qu’une faible estime de soi, une absence de confiance en l’autre qui fait que l’enfant, puis plus tard l’adulte, est fier de dire qu’il sait se débrouiller seul. Or, se débrouiller seul s’accompagne systématiquement d’un grand sentiment de solitude et donc de détresse.

Cette situation où l’enfant est au milieu de mensonges n’est donc pas anodine. Elle doit être évitée le plus possible.

En réponse à Mr A., je commencerai par lui dire que lorsqu’un enfant ose dire à son papa que maman a dit ceci ou cela sur lui, c’est d’abord un bon signe. C’est que l’enfant fait  suffisamment confiance à son père pour lui dire des choses difficiles. Il compte également sur lui pour l’aider à se forger une opinion. L’enfant vient ici déposer son incompréhension. Et, il s’agit de faire de son mieux pour ne pas le décevoir.

Un enfant s’identifie à ses DEUX parents, pas uniquement à l’un. Même quand il est en colère ou rejette l’un des deux, il s’identifie, … par opposition, mais il s’identifie quand même. C’est justement pour cette raison qu’Mr A. est piégé. Que dire ? La vérité au risque de rajouter un nouveau malaise dans la tète de son fils ou laisser son fils se mettre en désaccord avec ses souvenirs.

Tout d’abord, il faut rétablir la vérité. L’enfant ne doit pas se retrouver avec un bug dans le continuum de son histoire. Le laisser avec des mensonges sur son passé, c’est comme faire un bug informatique. C’est transformer l’histoire, les émotions, tenter d’effacer, et remplacer. Or, l’enfant, même s’il se laisse prendre par le mensonge, se retrouve à vivre en décalage avec lui-même, comme en parallèle. 

On doit donc rétablir la vérité, mais pas n’importe comment !! On ne peut donc pas dire que maman (papa) ment !! Malheureusement, c’est le reflexe de la majorité des parents. Il ne s’agit pas ici de se culpabiliser et de s’en vouloir. Un parent n’est pas un psy ou un pédiatre. Il n’est pas naturellement formé pour se défendre d’attaque mensongère de l’autre parent.

On tente alors de faire preuve de créativité. Au lieu de dire maman a menti, on dit « je suis étonné, écoute je n’ai pas les mêmes souvenirs que ceux de maman. Moi, je me souviens très bien de ces vendredis où… et de ces parties de ballon… et de ces déjeuners entre garçons. Tu t’en souviens ? ». Le « tu t’en souviens ? » est important car on fait appel à sa mémoire, à son histoire et non plus à une vérité érigée. L’enfant fait l’effort d’aller chercher en lui ce qui lui appartient. Il est fort probable qu’il ne souvienne pas (car trop petit) mais ce n’est pas grave, il aura eu votre version qui correspond à qui il est !  Vous pouvez aussi faire appel aux photos et aux vidéos pour passer un bon moment avec l’enfant autour de votre relation. Attention, ne pas lancer l’air de rien des petites phrases du type « tu vois que j’ai raison. Tu vois bien qu’on a fait des trucs ». Non, on partage simplement des souvenirs ensemble car c’est aussi l’occasion « d’être ensemble ».  

Ainsi, on dément ce que maman a dit sans la dénigrer, on dit que ce sont des souvenirs différents et non pas une vérité. Chacun reste intacte aux yeux de l’enfant.

Je sais que cela demande un grand effort de ne pas rendre à l’autre sa méchanceté, mais il s’agit ici de préserver l’enfant.

Autre exemple, un papa dit à son enfant que maman n’a pas voulu la résidence alternée (RA) alors que lui, la voulait désespérément. Ici, le papa omet de dire qu’il est parti, alors qu’il n’y était pas contraint, à 60 km empêchant par conséquent la mise en place de ce mode de garde. Ici, également, on ne dira pas à son enfant que papa ment ou manipule. On dira « papa a raison ! Je n’étais pas d’accord avec la RA car ton papa habite à 60 km. Cela voudrait dire - ou 2 heures de route A/R pour aller à l’école - ou te retrouver dans deux écoles. Dans les deux cas, ça aurait été trop difficile et fatiguant pour toi. Qu’en penses-tu ? En tout cas, si maman et papa habitent un jour plus prêt l’un de l’autre, on en rediscutera car cela deviendra possible ».

Il est donc plus constructif pour l’enfant que vous fassiez une sorte de petite entourloupe par rapport au mensonge ou à la manipulation plutôt que de le nommer. Tout est une question de présentation.

Enfin, et pas des moindres, l’enfant, lorsqu’il répète les dires de son autre parent devient un messager. Le messager est toujours le moins protégé. Il se retrouve à devoir gérer les réactions des parents : la colère, l’indignation, la honte, le dégout… etc. Et puisqu’il est le messager, il pense qu’il en est responsable ! Maitrisez donc votre réaction, votre expression ? Tentez de montrer à votre enfant que cela ne vous atteint pas plus que cela. En dédramatisant, vous l’aidez ainsi à ne plus se sentir pris dans un conflit de loyauté, entre sa mère et son père. Montrez-vous plus intelligent que celui qui dénigre, détruit et utilise l’enfant pour faire du mal ou gagner une procédure juridique. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Elodie CINGAL - dans Séparation - divorce
commenter cet article

commentaires

FAIZA D... 10/11/2012 03:36

BONJOUR,
MON NEVEU SUBIT UN GRAVE LAVAGE DE CERVEAU PAR UN PERE PERVERS NARCISSIQUE AU POINT QU IL SE DETACHE DE MA SOEUR ET QU IL COMMENCE A PORTER DE GRAVES ACCUSATIONS CONTRE NOUS ! IL SUBIT DES
ENREGISTREMENTS OU IL EST OBLIGE DE REPETER LES ALLEGATIONS MENSONGERES DE SON PERE !
CET HOMME A ETE JUGE EN PREMIERE INSTANCE A 4 MOIS DE PRISON AVEC SURSIS POUR CES MENACES ET SON HARCELEMENT, ET UNE OBLIGATION DE SOINS !
UNE ENQUETE SOCIALE A DEMONTREE LA FAUSSETE DE SES DIRES DENIGRANT SUR MA SOEUR ET MA FAMILLE MAIS IL A FAIT APPEL DE SA PEINE AU PENAL ET CELA LUI PERMET DE CONTINUER SON HARCELEMENT, SON SURSIS
NE PEUT TOMBER, CELA LUI PERMET DE DETOURNER L ENFANT ET DE LUI INCULQUER SES IDEOS FACISTES ET MENSONGERS, IL ESSAIE DE RE-DECLENCHER UNE ENQUETE SOCIALE EN ACCUSANT MA SOEUR DES PIRES TRAITEMENTS
: PAR EXEMPLE SI LE PTIT TOMBE MALADE IL APPELLE L HOPITAL, L ECOLE ET INSINUE DES MALTRAITANCES !!!
ON EN PEUT PLUS !
C EST UN FOU !
JE RESTE PERSUADEE QUE S IL N OBTIENT PAS LA GARDE DE CET ENFANT QUE MA SOEUR A GAGNE, IL LA TUERA !
JE PESE MES MOTS "maux" !!!

QUE DOIT T-FAIRE ???
NOUS VIVIONS DANS LA PEUR !!!
IL EST DANGEREUX, NARCISSIQUE, INVINCIBLE !!!
IL A MEME ETE PRENDRE L AVOCAT DE DSK EN FRANCE POUR SON APPEL AU PENAL ET ENTEND BIEN INVERSER LA VAPEUR !

C EST UN FOU EN LIBERTE ET MON NEVEU EST EN DANGER !
DEPUIS L AGE DE 3ANS ET DEMIE IL SUBIT UN VERITABLE DENIGREMENT DE SA MERE ET PAR EXTENSION DE SA FAMILLE, IL REPROGRAMME SON FILS EN LUI FAISANT DES ACCUSATIONS DE PLUS EN PLUS GRAVES !!!

IL A PROMIS A MA SOEUR DE L EMMERD....JUSQU A CE QUE SON FILS ACHILLE AIE 18ANS, IL EN A QUE 6 !

IL DETRUIT MA SOEUR, MAIS SURTOUT UN ENFANT QUI SE SENT OBLIGE DE PORTER SUR SES PETITES EPAULES, L ECHEC SENTIMENTAL DE SON PERE !!!

CE PETIT A VU DES ACTES DE VIOLENCE LORSQUE SES PARENTS ETAIENT ENCORE ENSEMBLE OR AUJOURD HUI, IL NIE LES FAITS, ET ACCUSE PLUTÖT SA MAMAN !

IL VA DETRUIRE CE PETIT !!!
J ASSISTE IMPUISSANTE A CE CRIME CAR TOUT LE MONDE A PEUR ET ON N OSE PORTER PLAINTE !!!

QUE FAIRE ???

MERCI

Jean-Paul (ami de Ken) 06/06/2012 14:14

Bonjour Elodie, merci pour votre réponse.
Ami de Ken: jafland.info vous connaissez ? Il m'a parlé de vous.

Revenons à notre sujet: il est très douloureux de voir ses enfants manipulés et souffrants. On voudrait trop faire, on fait au mieux avec le peu de connaissances qu'on a. Evidemment on fait
d'énormes erreurs.

Je mène depuis longtemps une démarche pour me sortir de ce genre de réaction mauvaise pour les enfants. C'est très difficile, non pas de se maîtriser, mais de trouver la réponse adaptée. Je veux
justement éviter à mes filles d'être les intermédiaires de mes problèmes avec leur mère.

Mais les parents dans ma position se trouvent dans une situation très douloureuse : toutes les attaques de l'autre parent passent à travers les enfants.

Je prend une image : le parent manipulateur tire sur les enfants à balles réelles parce que l'autre parent a réussi à s'extirper du conflit et ne réagit plus. Pour lui faire mal et tenter de
le replonger dans les disputes, il ne reste plus au manipulateur qu'une solution : tirer sur les enfants. C'est terrible à vivre, d'autant que cette situation est en générale encouragée et
entérinée par la justice, ce qui est mon cas.

Et encore, en ce qui me concerne, je travaille sur la question pour tenter de comprendre et d'avancer. Pour un parent qui n'a pas de prédisposition à ceci, ce sont les enfants qui prennent les
coups venant des deux côtés.

Oui, j'ai bien compris que ma fille (12 ans) se protège, et c'est bien, cela me convient ainsi. A force de patience et de douceur, j'ai pu calmer la situation avec elles. Elles me font plutôt
confiance, sont toujours heureuse de venir chez moi. La plus jeune 9 ans, m'accorde une grande confiance et a énormément besoin de moi.

Ceci ne plaît pas à la mère qui opère de terribles manipulations. Je m'efforce d'adapter mes réactions, mais c'est très difficile, souvent désespéré, je ne peux pas réagir sous peine de les faire
encore plus souffrir. Leur mère le sait et en profite pour manipuler encore plus, tirer encore plus la couverture à elle, au dépens de nos filles.

Je n'ai pas vu mon aînée, 15 ans, depuis 3 ans maintenant. Sa mère a réussi à la convaincre que j'avais pratiqué sur elle des attouchements pendant son sommeil. Une infirmière est aussi impliquée
dans cette déviance. Etant psy, vous savez quel est le résultat de ce type de manipulation sur un enfant, il en gardera des séquelles.

Je vais vous contacter par le fil de jafland.

J'ai créé un site ou je m'efforce d'aider ceux qui en savent moins que moi.

Encore merci pour votre réponse.

Michel Willekens 06/06/2012 14:12

Chers spécialistes de la santé mentale, merci de nous faire connaître votre avis sur cette forme d'aliénation.
Bien cordialement, willekens.michel[@]hotmail.com
_______________
Forme aggravée d'aliénation parentale. Mon témoignage
Situation après 18 ans d'absence complète avec mes 5 enfants
L' « Aliénation Parentale », lorsqu'elle s'est développée durant des années peut se transformer en une forme sectaire. L'enfant grandissant peut se retrouver complètement sous l'emprise
du parent aliénant en haïssant son autre parent absent. L'enfant considère alors son parent aliénant comme un DIEU et se conformer totalement à son attitude toxique. Il va alors penser qu'il a vécu
vraiment les situations mensongères proférées par son « Dieu » et haïr de plus en plus son parent absent qui peut être diabolisé à l'extrême.
Je donnerai l'exemple de ma fille qui avait 10 ans lorsque j'ai quitté sa mère (en janvier 1994) et qui m'a retrouvé au courant de ce mois de mai 2012, sur Netlog, et qui m'a reproché de l'avoir
*dénigrée* et battue, elle et son jeune frère, à coups de cravache... alors que JAMAIS je n'ai levé la main sur mes enfants ! *Cherchez l'erreur*
Visiblement, c'est sa mère (qui est son « Dieu ») qui lui a raconté ce mensonge, et je tiens à préciser que c'est elle-même qui, un beau jour, a frappé notre fille Valérie (âgée à
l'époque de 16 ans) à la suite d'une dispute avec Valérie.
Étant présent ce jour là, et voyant le spectacle invraisemblable, j'ai aussitôt saisi cette cravache de la main de cette mère violente et lui dire que l'on ne frappait pas un enfant avec une
cravache. Valérie est montée dans sa chambre en pleurant et je n'ai jamais pu connaître la raison pour laquelle cette mère violente avait eu une telle attitude. Il est vrai qu'elle buvait plus de 4
litres de vin par jour... son cerveau devait être dans un piètre état...
Mais ce qui m'inquiète le plus, c'est de constater qu'Alex croit avoir été réellement dénigrée et battue, par moi (et son frère aussi) à coups de cravache ! Ne s'agit-il pas d'un phénomène de
« Fausse Mémoire » qui est cité par les spécialistes de la santé mentale ? Ici, dans mon exemple, cette « Fausse Mémoire » ne trouve-t-elle pas son origine à la suite des
fausses allégations proférées par sa mère considérée comme son « Dieu » ? Ne nous trouvons donc pas devant un phénomène sectaire, identique (ou similaire) aux sectes bien connues qui
phagocytent complètement l'esprit de leurs membres adhérant la secte et aliénés ?

Au cours de ces « retrouvailles » avec Alex (grâce à Netlog) elle m'a aussi reproché des faits qui se sont passé en 1980... alors qu'Alex est née en 1984. Elle pense donc que tout ce que
son « Dieu » lui raconte, c'est la pure vérité.

Sur Netlog, elle m'a encore écrit ceci : (Sic) « Des années d'accumulation de haine font qu'une personne qui ne reconnait pas ses torts m'énerve encore plus. Mes propres souvenirs ne sont
pas les dires de mon "DIEU" comme vous l'avez stipulé. Et si mon propre "père" n'est pas capable de me répondre de lui meme c'est qu'il a réelement quelque chose a se reprocher... »

Pour terminer, je dois avouer que j'ai été fameusement choqué par l'attitude d'Alexandra ! En effet, j'ai quitté une petite fille joviale de 10 ans... qui, souvent, venait m'embrasser en me
disant « Mon petit papa chéri que j'aime ». Entre-temps, je gardais l'espoir de retrouver mes 2 plus jeunes enfants (qui avaient 9 et 10 ans en 1994)... et maintenant, après 18 ans
d'absence, je retrouve une jeune femme de 28 ans qui me haït... C'est la pire horreur qu'un pè

Mon témoignage peut vous apporter un « plus » dans votre domaine de la santé mentale, qui est votre spécialisation professionnelle, du moins je l'espère, ceci afin de pouvoir encore mieux
identifier les conséquences du SAP. (MW)

CLVDP 06/06/2012 14:07

Témoignages d‘Olivier Limet qui, comme moi, et des millions d‘autres papas, est un père détesté de ses enfants ! :
En résumé, « Son ex femme l’a tellement dénigré auprès de ses enfants qu’ils pensent qu’ils sont nés au Kenya et qu’ils ont toujours vécus dans ce pays… alors qu‘ils avaient quitté la Belgique
à l‘âge de 12 ans! ».

Il s’agit bien du « Syndrome de Fausse Mémoire » causé par les mensonges de leur mère ».

Le témoignage d’Olivier Limet:
http://www.lalibre.be/societe/sciences-sante/article/89050/un-pere-deteste-par-ses-enfants-raconte.html
Oui, le SAP est l’une des pires maltraitances qui puisse exister sur des enfants.
Voir les recherches sur le « Syndrome de Fausse Mémoire » sur Google.


Suite de mon témoignage:
Personnellement, je suis aussi victime de cette « Aliénation Parentale » depuis plus de 18 ans… car ma plus jeune fille de 28 ans (qui avait 10 ans lors de la rupture conjugale en janvier
1994) vient de me contacter pour me reprocher de l’avoir dénigrée et battue avec une cravache, ainsi que son frère de 9 ans. Ce qui est faux, bien sûr, car je n’ai jamais levé la main sur mes
enfants.
Elle me reproche aussi des faits qui se seraient déroulés en 1980 alors qu’elle est née en 1984. Cherchez l’erreur.
Elle m’a aussi dit que sa mère était son « Dieu » et souhaitait qu’elle vive jusque 100 ans.
Pour terminer elle m’a fait savoir que son père était mort… que je n’étais plus son père.

Durant la conversation téléphonique, elle n’a pas cessé de pleurer… et d’émettre des cris de désespoirs…
Elle m’apparaît comme une femme alcoolique et psychotique…

Remarque:
J’ai été fortement choqué... même après 18 ans ! Je n’ai pas bien dormi durant la nuit, car e ne cessais de penser à cette conversation qui n’était basée que sur les reproches d’Alexandra
alimentées par sa mère… et sur mes tentatives de lui dire que c’étaient des mensonges.
Durant la grande partie de la nuit, il m’était impossible de penser à autre chose de plus agréable.

Je ne sais pas combien de temps je serai encore victime de cette souffrance… après 18 ans. J’ignore aussi quels seront les dégâts que ces souffrances occasionneront sur ma santé…
Mais en ce qui concerne Alexandra, je la plains de tout mon cœur, car elle ne mérite vraiment pas un tel mauvais traitement par sa mère!

Les enfants ne doivent absolument pas être mêlés aux conflits des parents lors des ruptures conjugales !

CLVDP 06/06/2012 13:57

Bonjour Elodie,
Si je vous écris sur votre Blog, c'est dans le but d'informer le plus grand nombre de gens sur les conséquences délétères que peut provoquer l'aliénation parentale sur les enfants aliénés à leurs
mères ou pères.
Voici mon témoignage (un de plus) sur les conséquences de l’Aliénation Parentale (SAP) qui est l’une des pires maltraitances perverse qui puisse exister sur des enfants.
En 2013, le SAP sera inscrit dans le DSM 5 et dans le ICD 11.

On peut lire, ci-après, le message que j’ai adressé à ma fille Alexandra, sur sa page Facebook, après son appel téléphonique de ce lundi 14 mai 2012.

« Alexandra, je suis vraiment désolé de t’avoir causé autant de peine. Je n’ai pourtant rien fait de grave, que ce soit directement, ou indirectement pour te causer ça.
Si tu crois les paroles de ta mère mais que tu refuses d’entendre ce que je te dis, alors il y a un très grave problème.

Si tu penses que je suis un « Malade mental » comme ta mère le prétend, moi, je le saurais… car, sache: depuis 18 ans je collabore avec des psychologues, des psychiatres, des médecins,
des juges, des avocats,… qui luttent contre les actes pervers et les manipulations destructrices de ces parents qui divorcent de manière conflictuelle. Je suis bien considéré par eux, tant en
Belgique, qu’en France, en Suisse, en Grèce, au Québec et ailleurs.
Nous sommes plus de 2 millions à dénoncer les effets pervers de cette aliénation parentale.

Ci-dessous, tu trouveras le témoignage d’un autre papa qui est aussi détesté de ses enfants, comme moi.

Je te conseille vivement de te renseigner sur les conséquences de l’aliénation parentale… et, aussi, de consulter un « psychologue thérapeute » qui connaît cette maltraitance
psychologique et qui pourrait t‘expliquer comment le SAP détruit les familles.
Je pense que cela te permettra de comprendre la situation et que cela te permettra de vivre mieux.

Ma porte t’est toujours ouverte mais pas pour entendre tout ce tissu de mensonges que ta mère t’a inculqué durant 18 ans ».