Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Elodie Cingal/ 06.33.55.39.43

  • : psy-conseil-divorce
  • psy-conseil-divorce
  • : En tant que psychologue psychothérapeute (N° ADELI 75 93 4781 8), j’ai eu l’occasion de travailler sur différents problèmes et différentes pathologies. Capable de m’intéresser à beaucoup de domaines, j’ai voulu créer un petit blog qui parle de la psychologie en générale et des sujets qui me tiennent à cœur à un moment donné. Téléphone : 06 33 55 39 43
  • Contact
2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 21:01

Aujourd'hui en France, près d'un mariage sur deux se termine en divorce et il n'est plus rare de divorcer après 50 ans. Pourquoi ? Comment gérer cette situation ? Quels sont les effets sur la famille ? Les réponses avec Elodie Cingal, psychothérapeute à Paris.

 

- Les divorces après 50 ans, cest fréquent ?

« Pas encore totalement, mais ça commence à l’être. Je vois souvent des personnes de 50 ans divorcer une fois que les enfants ont quitté le foyer. Souvent même ils divorcent après que leurs propres enfants l’aient fait. C’est comme si cela leur donnait l’autorisation de passer à l’acte.

Avec une espérance de vie qui tourne autour de 80 ans aujourd’hui, on a encore de belles années devant soi. On n’a plus envie de les passer à s’ennuyer, surtout si le couple est malheureux. »

- Y a-t-il des conséquences à divorcer après 50 ans dans la relation avec ses parents ?

« Pour les cinquantenaires, annoncer son divorce à la famille revient à l’annoncer à des parents d’une génération réfractaire et dans la méconnaissance du problème ! On est convaincu que l’on va les décevoir et que la dernière image qu’ils vont conserver sera celle de son échec marital. »

- Est-il plus simple de divorcer à 50 ans, une fois les enfants presque adultes ?

« Quand les enfants sont petits, on tend à les protéger, à culpabiliser du mal qu’on va leur faire. À 50 ans, les enfants sont partis ou presque, et on fait la bêtise de croire qu’ils seront suffisamment matures et forts pour encaisser un divorce. Or, on reste les enfants de nos parents à tous les âges, et on fantasme sur le couple parfait et uni.

Ce qui ne change jamais dans le divorce, c’est le conflit de loyauté dans lequel on peut mettre son enfant ! Que l’on ait 10 ans ou 30 ans au moment du divorce de nos parents, on se sent la responsabilité de soutenir le parent le plus fragile. »

- Les proches sont-ils plus inquiets pour une personne qui divorce tard ?

« Oui, pour deux raisons. La première, c’est la peur de la solitude. Il est difficile d’imaginer que ce proche réussira à rebondir et à se refaire une vie sociale, à trouver de nouvelles activités et à rencontrer un nouveau partenaire. Eh oui, le divorce fait miraculeusement disparaître un bon nombre d’amis et de relations !

Et puis, un divorce entraîne une baisse considérable du pouvoir d’achat et de la qualité de vie. Les proches ont peur de voir le futur divorcé ne pas s’en sortir. Sans compter que le divorce peut s’accompagner d’une dépression et/ou d’une perte de travail qui isole encore plus. Car nous savons qu’il est difficile, en France et ailleurs, de retrouver un job après 50 ans. »

- Peut-on retrouver l’amour après 50 ans ?

« Bien sur, et heureusement ! On a des centaines de témoignages de cinquantenaires quiredécouvrent l’amour et qui se sentent bien moins stressés que dans les relations précédentes. La seule pression est le jeu de l’amour, pas les enfants, pas le social, pas le job. Seule la relation compte, et tant mieux ! Il était temps ! »

http://quintonic.fr/loisirs/magazine/famille/divorce-apres-50-ans-les-consequences-sur-sa-famille

Partager cet article

Repost 0
Published by Elodie CINGAL - dans Séparation - divorce
commenter cet article

commentaires