Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Elodie Cingal/ 06.33.55.39.43

  • : psy-conseil-divorce
  • psy-conseil-divorce
  • : En tant que psychologue psychothérapeute (N° ADELI 75 93 4781 8), j’ai eu l’occasion de travailler sur différents problèmes et différentes pathologies. Capable de m’intéresser à beaucoup de domaines, j’ai voulu créer un petit blog qui parle de la psychologie en générale et des sujets qui me tiennent à cœur à un moment donné. Téléphone : 06 33 55 39 43
  • Contact
2 février 2016 2 02 /02 /février /2016 10:12
Le parent, un garde fou pour le beau-parent !

Le beau-parent viendra forcément avec sa façon de faire et son envie d’améliorer le quotidien. Même un beau-parent maltraitant ou simplement trop sévère utilisera l’argument du bien fondé pour l’enfant. C’est pourquoi le parent qui amène le beau-parent doit rester vigilent et conserver le contrôle sur l’éducation de son enfant.

Cependant, il n’est pas rare que la mère, parce que c’est souvent chez elle que le beau-parent s’installe, si contente de voir le beau-père s’investir, ne transforme ses propres valeurs afin de s’assurer son intégration définitive. C’est là que le parent, le père, aura tout son intérêt. Il devra observer de loin, dans la bienveillance, l’éducation, les valeurs et les règles imposés à l’enfant. Il devra s’assurer que les règles ne sont pas fondamentalement changées.

Il devra cependant faire attention à accepter les nuances ou même accepter que le beau-père parvienne à obtenir ce que lui-même n’a pas réussi. Par exemple, un beau-père fait coucher les enfants à 21h00 quand le père n’arrivait même pas à les faires coucher à 22h00 !! Cela demande un travail de rationalisation difficile, un travail sur soi. Qu’est ce qui est bon pour mes enfants ?

Tout est donc dans la nuance. Le père reste le père et la mère reste la mère. Chacun doit bien comprendre qu’il ne doit pas interférer dans l’organisation de la vie de l’autre mais il peut, si un élément lui semble nocif, rappeler à son ex les règles définies ensemble.

L’autre parent sert en fait de garde fou surtout dans les cas de maltraitance ou de trop grande sévérité. Il se doit d’intervenir quand il estime que la sécurité de ses enfants est en jeu. Par exemple, le beau-père de Made et Thomas avait tendance à leur donner facilement des fessées, pour tout et n’importe quoi. Les enfants ne savaient pas vraiment pourquoi. Le petit avait mis la chaussure gauche au pied droit. Le beau-père expliqua au père qu’il devait répéter toute la journée les mêmes choses aux enfants. Le père a alors demandé à la maman de faire cesser ces fessées inutiles mais surtout inappropriées et disproportionnées.

Les deux parents conservent l’autorité parentale conjointe et il s’agit de bien montrer aux enfants que ce sont eux deux, et uniquement eux deux, qui sont décisionnaires de leur avenir.

Si la communication avec l’autre parent est impossible car il y a conflit de loyauté entre l’ex et le nouveau – il n’est pas rare de voir le parent choisir le beau-parent et ce encore plus s’ils ont eu d’autres enfants ensembles - il s’agit de tenter de faire la demande d’un autre mode de garde qui protégera l’enfant du beau-parent tout en ne privant pas le parent de voir son enfant.

Partager cet article

Repost 0
Published by Elodie CINGAL - dans Ma famille recomposée
commenter cet article

commentaires