Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Elodie Cingal/ 06.33.55.39.43

  • : psy-conseil-divorce
  • psy-conseil-divorce
  • : En tant que psychologue psychothérapeute (N° ADELI 75 93 4781 8), j’ai eu l’occasion de travailler sur différents problèmes et différentes pathologies. Capable de m’intéresser à beaucoup de domaines, j’ai voulu créer un petit blog qui parle de la psychologie en générale et des sujets qui me tiennent à cœur à un moment donné. Téléphone : 06 33 55 39 43
  • Contact
28 octobre 2015 3 28 /10 /octobre /2015 11:19
Pourquoi parfois c’est si difficile d’aimer après une séparation /Divorce !!

En tant que psychologue spécialisée (entre autres) dans les séparations / divorces, j’ai la chance de voir des individus, au départ meurtris, retrouver du plaisir à la vie. Normalement, malgré la grande douleur qu’entraine une séparation, chacun s’en remet, plus ou moins vite, mais chacun s’en remet.

Cependant, j’ai constaté que redonner sa confiance à quelqu’un après une séparation est difficile. C’est le cas de cette femme très amoureuse qui après 15 ans de concubinage rencontre un homme et qui fait tout pour ne pas s’investir. Ou encore le cas de celle-ci qui a aimé les enfants de son ex pendant dix ans qui freine l’engagement parce que son nouveau a deux enfants. Et cet homme, en résidence alternée, bien qu’amoureux, qui ne veut pas aménager avec sa nouvelle. Il y a aussi celui qui consomme sur les sites mais qui ne revoit jamais ses conquêtes.

La peur d’aimer à nouveau peut prendre toutes les formes.

La première fois que l’on se met en couple - un couple qui s’installe dans l’engagement (mariage, PACS, enfants, aménagement commun, achat de logement…) - on est naïf. On pense avec des paillettes dans les yeux. Même si l’on sait avec sa tête que plus rien ne dure, même si on est cynique, on pense avec son cœur, avec l’espoir que l’on est mieux que les autres.
Alors, face à cette page blanche, on se lance sans parachute. Et la chute arrive !!

La chute est d’autant plus douloureuse qu’elle est proportionnelle à l’engagement émotionnel et psychique à l’autre. Dans cette chute, je réactive ou créer des angoisses : angoisse liée à l’intimité, angoisse d’abandon, angoisse de dévoration…

Alors, quand je rencontre à nouveau, je perçois la relation à travers ces angoisses. Je filtre, j’analyse, je scanne tout selon mes angoisses.

Prenons le cas de cette femme qui freine la relation avec son nouveau compagnon. Elle a été l’infirmière de son ex. Au moment de la rupture, elle a compris qu’elle s’était sacrifiée pour se mettre au service de son compagnon, incompétent en amour. Elle a peur aujourd’hui d’être à nouveau envahie. Elle regarde chaque signe qui pourrait lui indiquer qu’elle risque d’être « dévorée » par son nouveau compagnon. Elle ne regarde pas combien il est présent, aimant, autonome et indépendant. Elle voit les fois où il lui demande quelque chose, les fois où il n’arrive pas à accomplir une tache ou une qualité. Alors, elle le tient à distance. Elle se dit qu’elle va répéter l’histoire.

Ou cet homme qui ne veut pas vivre avec une femme à nouveau. Cet homme, ce père se cache souvent derrière sa paternité pour justifier ses réticences. Il explique à sa nouvelle compagne qu’il ne veut pas ajouter à la peine de son enfant qui a déjà vécu une séparation. En réalité, il s’agit plus d’un homme qui surinvestit sa relation à son enfant parce que cette relation est viable et pérenne quand celle à une femme est fragile. Il fait en réalité face à ses angoisses d’abandon.

Et enfin, celui-ci qui consomme n’est jamais face à ses angoisses liées à l’intimité. Il fait du sexe mais ne créer pas d’intimité psychique avec une autre. Ses angoisses ne sont pas activées.

Alors comment faire ? Simplement en luttant. Il faut commencer par identifier quel type d’angoisse on réactive/créé et trouver comment les contrer (avec un psychologue, c’est plus simple et plus rapide et il faut bien qu’on serve à de belles choses aussi J). L’angoisse est du chiendent, une sorte de substance psychique qui envahit tout et qui prend le contrôle sur les émotions mais aussi sur la capacité à analyser les situations. L’angoisse est autonome et se nourrit de tout et n’importe quoi. Seul un vrai travail avec une discipline peut la canaliser.

Il arrive, heureusement, qu’avec de la patience et une jolie bienveillance du nouveau partenaire, l’angoisse finisse par diminuer, voire disparaitre. Mais, cela prend du temps et met en danger cette nouvelle relation.

Cependant, quand on la dépasse dans une nouvelle relation, celle-ci est plus forte, plus sincère et plus pérenne !

Photo : http://onesttousdifferents.skyrock.com/3177028249-Avec-mon-copain-nous-formons-un-couple-mixte.html

Partager cet article

Repost 0
Published by Elodie CINGAL - dans Homme - femme
commenter cet article

commentaires

avocat 06/11/2015 10:13

Les séparations, mais surtout les divorces, ne sont pas des expériences faciles à vivre. Si on arrive au divorce c'est que vraiment il n'y a pas de solutions et dans la majorité des cas le divorce engendre des blessures très très profondes. C'est ces blessures qui font qu'on a toujours tendance à faire des comparaisons, à éviter sans cesse de refaire les mêmes erreurs... et c'est ça qui nous freine et nous empêche d'aller de l'avant...

Jean 28/10/2015 13:14

Pour expliquer les réticences d'hommes à signer un contrat avec une nouvelle compagne, Il faut aussi prendre en compte les discriminations des affaires familiales qui rendent trop souvent des décisions iniques fondées sur le sexe du parent.
Tant que le principe républicain d'égalité de chacun devant la loi n'est pas respecté en France, il est sage de ne pas s'engager dans un processus qui risque d'aboutir à une nouvelle spoliation.
Eviter de signer un pacs ou un mariage est actuellement la meilleure façon de ne pas subir ces déboires.
Ceci n'empêche en rien de vivre une passion amoureuse avec son partenaire.