Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Elodie Cingal/ 06.33.55.39.43

  • : psy-conseil-divorce
  • psy-conseil-divorce
  • : En tant que psychologue psychothérapeute (N° ADELI 75 93 4781 8), j’ai eu l’occasion de travailler sur différents problèmes et différentes pathologies. Capable de m’intéresser à beaucoup de domaines, j’ai voulu créer un petit blog qui parle de la psychologie en générale et des sujets qui me tiennent à cœur à un moment donné. Téléphone : 06 33 55 39 43
  • Contact
27 juin 2014 5 27 /06 /juin /2014 09:21
L'adultère

Aujourd’hui, chacun peut composer sa vie amoureuse comme il l’entend. Se marier ou pas, se pacser ou pas, divorcer ou non, se recomposer, être exclusif ou non, être libertin, … plus personne n’est choqué par les décisions de chacun tant que cela est assumé dans le couple. Cependant, sous cette apparente ouverture d’esprit, la morale de la société se durcit. Nous l’avons vu à travers le débat sur le mariage pour tous et la nouvelle loi de la famille. Il est compliqué pour un couple de se trouver dans un climat contradictoire de permissivité individuelle et conjugale et de moralisation sociétale.

Le couple s’en trouve décontenancé et se perd de plus en plus dans ces méandres. Il rêve, s’imagine qu’avec la liberté de composer son couple comme il l’entend, il réussira forcément. Mais c’est sans compter sur la pression de la société, des tabous re-naissants, que ce couple va de plus en plus se complexifier. L’idéal conjugal est dorénavant constitué de normes complexes.

L’adultère, qui a toujours existé, et qui était dénoncé juridiquement par un divorce pour faute il y a des années, a toute liberté de s’exprimer aujourd’hui. Pour conséquence, une augmentation considérable de l’infidélité et majoritairement celle féminine.

Auparavant, on se battait et on restait ensemble au nom de l’institution du mariage et de la famille. Aujourd’hui, on est ensemble pour son épanouissement personnel. Il est donc facile d’être tenté et de succomber à toutes ses envies dont celle d’aller vers un (e) autre. La tentation est d’autant plus forte que l’on reste accroché au mythe de la rencontre, rencontre qui fait que l’amour est aveugle, et que l’on ne parvient pas à intégrer l’évolution normal du couple.

Qu’est ce que l’infidélité ?

Chacun ne se sent pas trompé de la même manière. Certains considèrent que penser à un(e) autre est déjà tromper, d’autre pense que seul le passage à l’acte compte.

De manière générale, les femmes considèrent que le passage à l’acte, soit un rapport sexuel, c’est tromper. Les hommes, de leur coté, sont plus sensibles et se sentent trompés dès que la femme regarde un autre homme ou pire flirte.

La perception de l’adultère est différente également selon qu’on est celui qui trompe que celui qui est trompé. On pense toujours que lorsque l’on est le responsable c’est moins grave. Le fait même de pouvoir identifier l’émotion liée à l’infidélité rend l’acte plus anodin. Or, celui qui le subit, y met des données imaginaires toujours plus dramatiques, des intentions plus amoureuses.

Pourquoi sommes-nous infidèles ?

Certains se laissent aller à leurs pulsions quand d’autres sont plus raisonnables et se posent la question de l’enjeu dans l’adultère. Pour faire simple, certains parviennent à prendre en compte ce qu’ils risquent de perdre en étant infidèle et d’autres pas.

Les amoureux de l’amour : Il est inévitable de voir la relation de couple évoluer. Au départ, fusionnelle et passionnelle, elle se transforme progressivement en un attachement fort et profond. Les émotions, pas forcément moins sincères, sont moins excitantes. La majorité des gens aiment cette transformation mais certains, plus amoureux du sentiment amoureux que de la personne le vivent comme une perte. Ces individus sont plus sujets à l’infidélité. Ils recherchent en permanence l’enthousiasme de la rencontre, l’adrénaline de la séduction. Ce sont aussi des sujets qui, faute de s’attacher, papillonnent et changent de partenaires très rapidement et régulièrement.

La routine amoureuse : Une fois que l’on se connait et que l’on a construit sa relation sexuelle, on tend à la recommencer de manière un peu répétitive. Malheureusement avec le temps, on peut avoir un sentiment d’ennui. On s’aime encore mais on ne sait plus comment se le dire autrement. On imagine même que si l’on pointe ce défaut d’excitation à l’autre, cela va le heurter. Alors on se tait et on se repli. On devient alors vulnérable. Le regard d’un autre peut prendre une intensité disproportionnée et on peut confondre attirance sexuelle avec désamour conjugal. Il arrive donc que l’usure sexuelle fasse passer à l’acte alors même que l’on aime encore son/sa partenaire.

La curiosité : Selon que l’on a eu plusieurs partenaires sexuels ou non, on peut avoir envie d’étancher sa curiosité. Même si l’on est satisfait de sa sexualité, on peut se demander si c’est mieux ailleurs ?

Les deux derniers points laissent souvent l’infidèle déçu et amer. Il réalise qu’il aime encore son/sa partenaire et se retrouve penaud et culpabilisé. L’idée, dans ces deux cas, est donc d’en tirer profit en renouant avec son amoureux(e) et en développant à nouveau une relation plus stimulante.

Le nouveau parent : contrairement aux idées reçues, ce ne sont pas que les pères qui courent se réfugier dans les bras d’une autre pour compenser les conséquences de la parentalité. Les femmes aussi vont vérifier après leur grossesse et nouvelle maternité qu’elles sont toujours séduisantes en tant que femme. Dans la parentalité, on est débordé par ses émotions mais aussi dans sa disponibilité. Il n’est pas toujours facile pour un individu de comprendre qu’il est pendant un temps un parent avant d’être un individu sexué. Ces personnes fragilisées par la parentalité ont tendance à paniquer et à chercher rapidement une échappatoire. Malheureusement, beaucoup de couple se sépare à cause de cette panique et impatience.

L’accident : une belle soirée d’été alcoolisée, les tenues sont légères, l’ambiance électrique et le contexte le permet. Et hop, c’est le dérapage, l’accident. On pense tous que cela n’arrive qu’aux autres, que la ligne de conduite que l’on s’était fixée suffira à cadrer. Or, il n’en est rien. Le dérapage est humain.

Le gout de l’interdit : Quoi de mieux que d’avoir une relation adultère pour se sentir vivant. C’est justement dans les conduites à risque, la transgression que l’on se sent exister, vu. Certains ne trompent que pour l’interdit, que pour le plaisir de se dire capable de braver la loi. L’objet de désir n’est pas une personne mais l’adrénaline liée à la transgression.

La représaille que j’apparenterais à la bêtise humaine. Tu m’as fait mal alors je vais te le faire payer. Cela ne présage jamais rien de bon, uniquement un cercle vicieux de haine.

En conclusion, ce n’est pas forcément le couple qui est en cause dans l’adultère. Cela peut être un problème avec soi-même, avec l’idée que l’on a de l’amour, l’excitation sexuelle, une bouffée d’air frais par rapport à son quotidien….

Faut-il avouer l’adultère ?

Je dirai que chacun doit faire en fonction de sa personnalité et des enjeux de son histoire. Il s’agit de se poser les bonnes questions.

  • Quel type d’adultère ? Une relation longue et installée avec un(e) personne que j’aime ou c’était un accident ?
  • Quelle a été l’investissement amoureux ?
  • Qu’ai-je à perdre ? Un(e) partenaire que j’aime toujours ?
  • Est-ce approprié de partager ma culpabilité avec l’autre ? Qu’est ce que cela impactera sur lui / elle ?
  • Quel effet aura mon aveu ? Quel risque sur notre relation au quotidien ?

Si la décision est faite de dévoiler l’adultère et qu’elle ne donne pas lieu à une rupture, on peut tenter de voir cet acte douloureux comme un moyen de se rapprocher. L’adultère donnera lieu à une crise qui, si elle est surmontée, pourra enrichir la relation. L’infidèle et sa victime vont se parler et exprimer leur doute, leur rancune, leur ras le bol…. Et cela aura pour effet de remettre à zéro tout ce qui a été refoulé. De nouvelles règles naissent, plus matures, plus adaptées aux contraintes de la vie de couple.

Un adultère ne doit donc pas être forcément un motif de rupture mais une occasion de savoir ce que l’on veut faire de ce couple. Pour cela, il faut évidement mettre de coté son orgueil, sa honte et toutes les émotions passionnées qui apparaissent immédiatement après l’annonce.

Il ne faut donc jamais prendre de décision immédiatement mais se laisser le temps de digérer, comprendre.

Image : http://www.toutlecine.com/film/0037/00376894-adultere-mode-d-emploi.html

Partager cet article

Repost 0
Published by Elodie CINGAL - dans Homme - femme
commenter cet article

commentaires